CONTEXTE HISTORIQUE DE LA MISSION DE SERIGNE TOUBA
Cheikh Ahmadou Bamba est apparu au Sénégal dans la deuxième moitié du 19e siècle. Cette période se caractérise par deux évènements majeurs dans l'histoire de l'Afrique occidentale: la fin de la Traite Négrière par les puissances européennes et la finalisation du processus de Colonisation de l'Afrique par ces mêmes puissances. Le Commerce des Esclaves (Traite Négrière) qui aura duré plus de trois siècles répondait à des impératifs économiques, ces esclaves constituant pour les puissances européennes, une inestimable source de main d'oeuvre pour leurs exploitations agricoles des Amériques. La conséquence de ce commerce aura été une désorganisation de ces sociétés africaines, qui, outre les ravage de l'alcool et les saignées humaines des bandits-rabatteurs d'esclaves, auront à endurer une négation totale de leur culture, de leur religion, bref de leur condition d'humain.     Cette ignominie, qui néanmoins trouvera une justification humanitaire ("civiliser l'Homme Noir") et aura même (du moins à ses débuts) la bénédiction de l'Eglise, finira par être abolie en 1848.
Cependant les exigences de l'industrialisation (recherche de matières premières et de marchés) et la volonté impérialiste des puissances européennes vont dicter à l'Europe, (notamment à la France pour le cas du Sénégal) une politique de conquête territoriale (la Conquête Coloniale). Cette politique expansionniste va renconter au Sénégal une farouche résistance tant du côté des chefs religieux (El Hadji Oumar Tall, Maba Diakhou Ba, ...) que du côté de l'aristocratie (Lat-Dior, ...). Mais du fait du décalage technologique et l'affaiblissement des royaumes dû à la Traite Négrière, toutes ces résistances vont être défaites. Et, le 19 mars 1889, lorsque l'administration française signale pour la première fois dans un rapport, la présence du "marabout [religieux] Cheikh Ahmadou Bamba", la France avait déjà établi sa suprématie militaire sur le Sénégal.
Le Sénégal pacifié et dominé, la France avait alors entrepris d'assimiler la colonie aux valeurs culturelles occidentales. Et pour y parvenir, elle imposa sa religion : on cessa alors, sous la pression économique ou sous l'effet du mythe de supériorité du colonialiste, d'emmener son enfant à l'école coranique au profit de l'école du missionnaire qui bénéficiait du soutien de l'administration.  L'Islam devient alors la religion à combattre, sinon ouvertement, du moins en corrompant ses dirigeants afin qu'ils prônent un Islam vidé de toute spiritualité. "Assurer l'équilibre de notre domination en opposant à l'islamisme le contrepoids du fétichisme organisé ...", ces quelques lignes édificatrices sur le dessein de la colonisation (à savoir l'émergence d'un Islam nécrosé, communément appelé "Islam Noir") sont signées BREVIE, le Directeur des Affaires Politiques de l'Afrique Occidentale Française, dont il deviendra plus tard le Gouverneur...
Cheikh Ahmadou Bamba aura compris bien avant tous ses concitoyens la trame du complot contre l'Islam et, par delà, contre la culture de son peuple. Par la grâce d'ALLAH, il savait que le salut de son peuple résidait, non pas dans une prise des armes, mais dans une lutte non violente pour réveiller les consciences en léthargie et les ramener sur le sentier d'ALLAH.

 Retour en Haut