Mouhamadoul Amine Bara Mbacké

s.baraIncontestablement, le Khalif actuel Serigne Mouhammadou Lamine Bara MBACKE (Que Dieu lui accorde longévité et santé !), premier (1er) petit-fils à assumer les responsabilités de khalif général des mourides, fait partie de ces petits fils.

Il accède aux charges de khalif à l’age (82 ans) auquel son vénéré père Serigne Fallou MBACKE (1886-1968), 2ème khalif, termina sa mission sur terre ; comme qui dirait que c’est le cours de l’Histoire qui continue et que Serigne Fallou, figure prodigieuse et grand thaumaturge, tient à parachever l’œuvre qu’il avait entamée ?!
En tout état de cause, Serigne Bara, quarante (40) ans suite à la disparition de Serigne Fallou, s’emploie à agrandir et à embellir davantage la grande mosquée de Touba que son vénéré père inaugura en 1963. Au terme d’un an de magistère seulement, Serigne Mouhammadou «Al-Amîne » signifiant « l’intègre » a déboursé plus d’un milliard de francs CFA consacré aux grands travaux de la ville de Touba.
Cette attention particulière dont bénéficie la ville sainte et qui date de l’époque du 1er khalif Serigne Mouhammadou Moustapha (RA), participe de la volonté de Serigne Touba qui, selon le vénéré Serigne Abdou Ahad (R.A), 3ème khalif, « n’avait que trois préoccupations ici bas : la ville sainte de Touba, les disciples et le Saint Coran ».
Ces trois préoccupations, Serigne Mouhamadou Lamine Bara en a fait siennes : en effet, au lendemain de son avènement en tant que khalif général, il rendit un vibrant hommage aux disciples mourides. A ceux-ci d’ailleurs il réserva sa première visite officielle à Dakar. Quant au Saint Coran, il a fait l’objet de sa deuxième visite officielle dans la capitale sénégalaise. En effet, le khalif général des mourides devait procéder à l’inauguration de la « Daara  Serigne Chouhaïbou MBACKE » édifiée par Serigne Fallou MBACKE Chouhaïbou au sein du C.A.R.F.E.I.S (Centre d’Appui et de Recherche pour la Formation et l’Education Islamique au Sénégal) pour perpétuer l’œuvre de Serigne Chouhaïbou en matière d’enseignement coranique et d’éducation islamique.
Tout bien considéré, l’immortalité et l’universalité éternelle de Cheikh Ahmadou Bamba se manifeste tous azimuts.

 Retour en Haut